Accueil > Précis de lambertologie appliquée - Saison 25 : texte et commentaires de (...) > Donc nous l’avons échappé belle. Toutes les analyses concordaient, les (...)

Donc nous l’avons échappé belle. Toutes les analyses concordaient, les sondages étaient formels.

vendredi 16 juillet 2021, par Club Politique Bastille

Donc nous l’avons échappé belle. Toutes les analyses concordaient, les sondages étaient formels.

La vague fasciste prendrait son essor en PACA et gagnerait une, deux voire trois autres régions… Il fallait sonner l’alarme. L’antifascisme s’imposait.
St-Germain était sous les armes, l’intelligentsia mobilisée : certes, il y eu quelques couacs… Interrogé, un grand intellectuel médiatique, Enthoven déclara que s’il devait choisir entre JL Mélenchon et Marine Le Pen, il voterait pour la dame ! Les « signeurs de manifeste » ressortaient les excellentes pétitions qui avaient servi à faire voter et élire Chirac, puis Macron.
D’ailleurs, tous en convenaient, l’actuel Président serait le seul barrage solide lors des présidentielles pour résister à la peste brune. Et les sondages étaient formels : il l’emporterait aux premier et second tour.

Les occasions de rire sont rares, convenons donc que le résultat des élections régionales a provoqué l’hilarité générale.
- Le RN a reflué, échouant partout.
- La République en Marche de Macron a disparu. Tous les ministres battus…
- La France Insoumise s’est réduit comme peau de chagrin.
Le Parti Socialiste perd plusieurs centaines d’élus mais conserve comme LR ses régions. Une fois de plus, les électeurs se sont organisés en grève générale du vote.
L’abstention c’est un rejet. Pas un projet.

Donc abstention mais une photo de – quand même – 10 millions d’électeurs…
Les faits sont têtus.
L’ex-président que tous attendaient, réélu dans un fauteuil aux présidentielles est carbonisé. À droite, les candidats frétillent. Tous veulent être Roi. De scrutin présidentiel en scrutin, les politiciens se dévaluent... Hollande, Macron et demain probablement encore pire. Le néo-libéralisme arase les partis, uniformise les programmes, formate ses porte-paroles.
Si la droite trouve un accord entre ses prétendants, elle va partir à l’abordage, déchiqueter Macron comme le fut Hollande à la fin de son mandat. Il y a pire encore.
À gauche c’est le néant. Les militants de la France Insoumise, écrasés par leur chef savent que la bataille est perdue avant d’avoir commencé.
Hidalgo ressemble… à Valérie Pécresse, d’ailleurs elles travaillent ensemble. Le PC a perdu son dernier département. Les Verts, sans le vouloir, se distingueront un peu du lot : les tempêtes, sècheresses, inondations, incendies gigantesques, catastrophes à répétition et le rapport du GIEC font campagne pour les candidats écologiques… Mais ça ne suffira pas à renverser une table que tout le monde veut protéger. Ajoutons, pour faire plaisir aux anciens, que nous vivons une nouvelle convulsion de la célèbre agonie de la Vème République… Le cadavre respire toujours.
De fait, pour balayer cette prétendue République, il faut l’affronter. Pas seulement dans les congrès syndicaux ou les meetings. Les dirigeants syndicaux ne doivent pas participer à la Conférence sociale de Macron. Il n’y a rien à négocier. Pourquoi encore vouloir le légitimer, auraient-ils lier leur sort au maintien de ce système à bout de souffle ?
Il faut l’affronter dans la rue, en masse comme les Gilets Jaunes l’ont entrepris sans aboutir. Ils ont osé : ils avaient raison. N’en déplaise aux révolutionnaires en chambre, abattre la Ve République, si vermoulue soit-elle, infliger une défaite au néo-libéralisme ne passe pas par les bureaux de vote. Pour les exploités, l’élection présidentielle ne changera rien à leur situation.

Le tableau politique d’ensemble ne prête donc pas à l’optimisme. Certes, nous avons échappé au fascisme (!) mais la Barbarie creuse son chemin.
Quand Darmanin flatte la police :« Par votre action, vous êtes la boussole de la Nation française, celle qui rappelle l’ordre républicain sans lequel il n’y a pas de Liberté »
Il montre qu’il a perdu le Nord de la démocratie et qu’il institue la police en dernier rempart de la V° république, il y a là de quoi être inquiet.
La question est plus que jamais : que faire ?

Michel, Charles et Jacky

08/07/21

***

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Portail

Sites utiles :

A l'encontre

Revue Prométhée

Netoyens

Marx au XXI siècle