Accueil > Précis de lambertologie appliquée - Saison 25 : texte et commentaires de (...) > Laval le collaborateur

Laval le collaborateur

dimanche 14 novembre 2021, par Club Politique Bastille

Laval le collaborateur

1 nov. 2021

L’instant M sur France Inter de 9h40 peut être écouté

en rediffusion.

Interview de J Kirner sur le film qu’il a produit et écrit,

Laval le collaborateur.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-du-lundi-01-novembre-2021

***

10 nov. 2021

J’ai vu avec intérêt le film-documentaire consacré à Laval. Il me laisse une impression mitigée (je ne suis pas le seul). Je ne saurais dire si c’est un bon ou un mauvais film. Ce qui met mal à l’aise, c’est évidemment qu’à travers le jeu de l’acteur, Patrick Chesnais, on ressent une sorte d’empathie envers lui. Dans le climat ambiant actuel entretenu par nos deux fascistes médiatiques, c’est problématique. D’autant que le second histrion propulsé par Bolloré, en tentant de réhabiliter le régime de Vichy mène une opération non pas “révisionniste” (toute approche historique est une révision constante) mais d’imposture négationniste.

Or, comme la culture politique et journalistique ambiante est d’une pauvreté lamentable, on peut craindre tous les contre-sens imaginables, même si ce n’est pas à l’évidence l’intention de l’auteur.

Je comprends le propos de Jacques Kirsner. Dans ces années 30, règne la confusion la plus grande. Le bilan de la Grande Guerre est désastreux. En France le pacifisme est tellement dominant que l’on laissera passer sans (à peine) rien dire, l’intervention criminelle de Mussolini en Ethiopie, les Tchèques livrés à leurs bourreaux, et la Révolution espagnole étranglée par la “Non-intervention” (à laquelle avait souscrit dès le début Staline), etc... En Allemagne, la politique criminelle de division du Komintern, considérant que l’ennemi principal était la social-démocratie, permettra l’avènement de Hitler. (cf. Sebastian Haffner "Histoire d’un Allemand", ou Hippolyte Etchebehere, "1933 : la tragédie du prolétariat allemand. Défaite sans combat, victoire sans péril"). Et que dire de la Conférence d’Evian de juillet 1938 sur les réfugiés juifs qui nous rappelle le comportement de l’Union européenne si attachée à ses satanées “valeurs” - sic – concernant les réfugiés et “migrants” - resic - actuels....

Certes, il y eut l’engagement du Pacte Laval-Staline, mais qui fut ensuite poursuivi très, très (vraiment très) mollement par ce même Laval. Ce qui ensuite servit de prétexte à Staline pour son retournement d’alliance et pour la signature du pacte germano-soviétique.

Pierre Laval social ? Oui il y a la création des Assurances Sociales (- on l’ignore souvent – transformées en Sécurité Sociale en 1945), mais il y a aussi les funestes Décrets de 1935.

La politique criminelle des staliniens servit de repoussoir au communisme et nombre de socialistes (mais aussi de communistes) passèrent dans le camp de la réaction. Le phénomène n’est pas propre à la France. Le cas d’un Mussolini est un paradigme. En Espagne, l’un des fondateurs du PCE, Oscar Pérez Solis, issu du socialisme, deviendra un des idéologues de la réaction catholique et phalangiste. Et on en trouvera nombre d’autres en Allemagne et en Italie.

Oui Laval un “maquignon” qui a servi les intérêts de sa classe et les intérêts de l’État bourgeois français à sa façon. Il a parié sur le mauvais cheval. Cela ne le rend pas plus sympathique, malgré son courage physique certain. Ce n’est tout de même pas un hasard si Laval se réfugie dans l’Espagne de Franco. Lequel le livre sans le moindre problème de conscience... tout comme Laval avait livré Companys, Zugazagoitia, Cruz Salido ou Peiró et tant d’autres qui finirent torturés et fusillés... tout de même...! et s’il ne livra pas l’ancien Président Manuel Azaña c’est parce qu’il fut protégé par l’ambassadeur du Mexique. Donc on comprendra que (je) l’on ressente une sympathie vraiment très limitée envers Pierre Laval. Marcel Déat fut plus “malin” il se réfugia au-delà des Alpes (grâce à l’Eglise catholique, apostolique et romaine) et mourut de sa belle mort en Italie. Mémoires très intéressantes à lire, d’ailleurs, éditées avec l’appui de Michel Rocard apparemment... entre anciens et nouveaux néos, on se comprend.

En réalité de Gaulle, pour reconstruire l’État bourgeois et rendre la collaboration en apparence “marginale”, devait donner en pâture quelques victimes, mais surtout des victimes civiles. Il fallait pour les staliniens et les gaullistes dans le “Roman national” faire apparaitre la France résistante à 150 %. Et surtout de bons Français (“de souche” comme ils disent -sic - ). Ainsi la Prison Saint Michel de Toulouse porte actuellement accolé le nom de Marcel Langer... Ce résistant guillotiné sur ordre du régime de Laval et de Pétain s’appelait en réalité Mendel Langer, militant communiste polonais d’origine juive, ancien membre du Parti communiste palestinien (son père était par contre membre du Bund), volontaire dans les Brigades Internationales en Espagne, résistant en France. Il apparaît sous un prénom et nom bien français… cherchons l’erreur…. Poursuivons, il ne fallait surtout pas toucher aux grands corps de l’ État : Juges, Préfets, Armée et surtout Marine (pétainiste à 100%). Le seul corps d’ État qui fut réellement touché par l’épuration fut la police, d’après Jean Marc Berlière ("Policiers français sous l’occupation"), bémol... le jour de la Rafle du Vél’ d’Hiv’ pas un policier n’était absent pour maladie ! (d’après ce qu’en disait Maurice Rajfus). Grâce à Dieu (comme dirait l’autre), ces braves policiers parisiens, grâce à leur volte-face de dernière heure, auront droit à la fourragère.... Ensuite on prendra en masse au service de l’Etat français ou des grandes administrations financières, patronales ou bancaires, d’anciens collaborateurs, depuis la famille Bettancourt, Schueller, jusqu’aux Pinay, Papon, Bousquet etc, etc.... De Gaulle ne sera pas regardant.... et le PCF, la SFIO ou le MRP, non plus.

Fallait-il exécuter des collaborateurs ? Peut-être... sans doute... Mais ce n’étaient souvent que des « seconds couteaux » que l’on exécuta, toujours des civils mais surtout pas des militaires ! C’est Pétain qui aurait dû être fusillé mais attention, il ne fallait pas toucher à l’Armée ! C’est en ce sens que le procès Laval est une canaillerie. Un procès de guerre civile. Il fallait donner en pâture à l’opinion un bouc émissaire. C’est un peu la même méthode répugnante que celle des femmes tondues ou rasées… qui à Toulouse scandalisait les résistants espagnols ou tchèques à la Libération, car c’était le même procédé qu’avaient utilisé les fascistes pendant la Guerre d’Espagne contre les femmes “rouges” avant de les violer, les mutiler et les assassiner…

C’est la même question que pour le Procès de Nuremberg. Fallait-il exécuter (quelques) anciens dignitaires nazis ? Mais combien passèrent entre les mailles ? Les Mengele et autres Eichmann... Combien d’anciens restèrent en place en RFA ou au service de la CIA ou d’officines sud-américaines (Argentine, Brésil, Chili, Paraguay...) ? Quid du passé d’un Adenauer, d’un Paulus, d’un Kiesinger, d’un Waldheim, d’un Hans Martin Schleyer., etc.... Comment ignorer que les VoPos de RDA n’étaient souvent que d’anciens fonctionnaires nazis “blanchis” par les staliniens ?

Et que dire des bourreaux de Katyn et des grandes Purges de 1934, 1936, des criminels de masse de la GPU, des geôliers des Goulags etc etc... jugeant à Nuremberg, les bourreaux de Mauthausen ou d’Auschwitz ?

L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs...

J’en ai terminé avec mes réflexions quelque peu désabusées. Le film a au moins la vertu de susciter ces interrogations.

Amicalement. Un abrazo.

Pallarés


NB, réflexions à propos de l’histrion ce C.News :Pour compléter, même si ce n’est pas le propos du film-fiction sur Pierre Laval, je viens de découvrir par hasard un débat très intéressant à mon avis, à travers Youtube, sur le site Akadem (site de culture et histoire juive). Comment des idéologues juifs français avaient rejoint l’antisémitisme ambiant. : « Plus français que les français, les ancêtres juifs de Zemmour »* par l’historien Joel Sebban**

*On a un phénomène similaire avant et pendant la Première Guerre Mondiale avec des intellectuels juifs allemands. En un mot, pour ces intellectuels, il s’agissait « d’être plus allemand que les Allemands ». D’autant plus que les diverses modalités de la langue yiddish étaient apparentées aux parlers germaniques. Ainsi, en 1915, Herman Cohen, affirmait : « […] reconnaitre nécessairement dans l’esprit allemand la force éducatrice des peuples […] notre vocation historique : être les éducateurs du Monde […] notre spécificité […] la compréhension et la reconnaissance de l’indiscutable supériorité qui caractérise notre peuple, notre philosophie et notre poésie. Ce qui distingue la notion d’humanité développée par la Révolution française du concept Allemand […] » (cf. série sous la direction de Catherine Paoletti, « Nations, nationalismes, nationalités », « Les Chemins de la connaissance », France Culture, 10, 11, 12, 13, 14 décembre 1990.
**Joel Sebban : normalien, agrégé, il est actuellement post-doctorant au « Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités de l’EHESS » et a soutenu sa thèse à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne intitulée : « Aux sources de la tradition judéo-chrétienne. L’État-Nation, la Synagogue et les Églises chrétiennes en France, de Napoléon à Vichy, 1806-1940. »


Commentaires de Duguet repris du site ANTI K, qui me semblent intéressants même si je ne partage pas tout à fait son appréciation et (excusez-moi) son enthousiasme. Mais ce serait trop long à développer.


ANTI K

Un film remarquable, Pierre Laval le collaborateur, par Robert Duguet

2021-11-07 15:48:17 https://aplutsoc.org/

DISCUSSION, FRANCE, HISTOIRE

Un film remarquable, Pierre Laval le collaborateur, par Robert Duguet

J’ai regardé le film Pierre Laval, diffusé sur FR3 le 2 novembre, dont les dialogues ont été écrits par Jacques Kirsner. Je dois dire qu’il m’a d’abord laissé un sentiment de malaise : ma famille a beaucoup souffert de l’oppression fasciste. Mon oncle est tombé dès les premiers mois d’existence de la résistance, mon père, responsable de réseau dans la région de Besançon a été déporté résistant, marqué Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard). Il a gardé jusqu’à la fin de sa vie des séquelles psychologiques et de santé physique. Il n’a pu commencer à parler de la déportation que 20 ans après.

Jacques Kirsner écrit :

« Nous sommes ici devant une très rare configuration : le personnage principal de ce film a été l’homme le plus haï des Français. Mais, même si son action gouvernementale a eu d’effroyables conséquences, il n’est pas antipathique, il essaie de rouler son monde et y parvient, car il est sans approche idéologique. La mise en scène doit montrer ce trait de personnalité, sans pardonner ses roueries. »

Le film a effectivement cette qualité, non seulement il ne rend pas le personnage de Laval antipathique, mais en plus il pourrait finir par inspirer de la compassion pour cet homme qui ne bénéficie pas comme tout accusé d’une instruction régulière et qui meurt en criant « vive la France » face au peloton d’exécution. De plus la qualité des dialogues est servie par une interprétation magistrale de Patrick Chesnais qui déclarait à France Info :

« Je n’essaie pas ni de le réhabiliter, ni de l’enfoncer, j’essaie de mettre en scène ce personnage avec ses contradictions, ses ambiguïtés, ses erreurs… »

Ce malaise peut être l’impression première, lorsqu’on se sent profondément marqué par une histoire familiale. L’air du temps est à la réhabilitation de la collaboration. Un président Macron qui salue Pétain « ce grand soldat ». La marionnette Zemmour, intellectuel juif d’extrême droite pour diviser l’extrême droite et assurer un fauteuil présidentiel à Macron, afin qu’il puisse poursuivre ses « réformes » contre le salariat et la jeunesse, contre ces acquis contenus dans le programme du CNR, et qui étaient le produit de la montée prolétarienne de l’après 1945. Alors entrons dans la complexité des problèmes que pose ce film, car ils nous concernent aujourd’hui. Quelques pistes de réflexion.

Le pacifisme entre les deux guerres :

Le film souligne l’état d’esprit d’une époque qui ne veut pas entendre parler d’une nouvelle guerre : qui n’a pas dans sa famille un père, un fils, un oncle tué ou supportant les conséquences de blessures à vie ? Toute la vie politique est marquée par le carnage de 1914-1918. L’état d’esprit pacifiste traverse tous les partis. Laval vient de l’extrême gauche, il milite un temps dans l’héritage d’Edouard Vaillant, le communard, et du blanquisme ; après de brillantes études de droit il deviendra « l’avocat des pauvres », pour le compte de la CGT, puis il est élu maire d’Aubervilliers et parlementaire de la Seine, ensuite du Puy de Dôme. Il sera membre de la SFIO durant 20 ans, pacifiste, à une époque où ce courant traverse tous les courants de la social-démocratie. On se souvient de ces instituteurs syndicalistes revenant du feu, Marceau Pivert en est le prototype, défendant déjà les nouvelles pédagogies éloignées du dogmatisme de l’enseignement à la Jules Ferry et qui marqueront à la fois le profil du syndicalisme enseignant et les partis ouvriers. Au congrès de Paris de la SFIO en juillet 1933, alors qu’Hitler vient d’être appelé au pouvoir le 30 janvier, Léon Blum découvre « épouvanté » qu’une composante importante de la maison socialiste – menée par le brillant Marcel Déat – car il l’était – n’est-il pas pressenti pour être son dauphin ? – s’oriente vers le fascisme. La gauche du parti autour de Jean Zyromski et Marceau Pivert fait campagne contre les « néo-socialistes ». Ils sont chassés du parti. Jacques Doriot, maire de Saint Denis et membre de la direction du PCF, avait après le 6 février 1934 combattu contre la ligne sectaire de la IIIème Internationale, pour l’unité antifasciste. Il sera le constructeur du PPF (Parti Populaire Français), combattant acharné contre le judéo-bolchevisme, il part avec la Légion de Volontaires Français sur le front est et il sera tué sous l’uniforme allemand.

Dans l’entretien radiophonique, Jacques Kirsner souligne que Georges Mandel fut le seul homme politique sur l’échiquier parlementaire de la droite à la gauche, qui annonça dès la parution de Mein Kampf, « les pires catastrophes pour le monde, l’Europe et les juifs ». Il faut ajouter que même les opposants sur le terrain du mouvement ouvrier révolutionnaire à la ligne du pacte germano-soviétique, le PSOP de Marceau Pivert, les trotskystes perdront la boussole. Après l’assassinat de Trotsky une majorité dans les sections de la IVème Internationale, surtout le SWP américain, reprendra la ligne du défaitisme révolutionnaire, faisant un copier/coller des positions de Lénine dans la première guerre mondiale. Trotsky dans ses derniers textes avait expliqué à ses jeunes camarades que le prolétariat, dans une période de militarisation de la société, allait devoir combattre le fascisme militairement avec ses propres méthodes, avec des officiers issus du mouvement ouvrier et des syndicats : la politique militaire prolétarienne…

« Je souhaite la victoire de l’Allemagne… »

Le président du tribunal, qui était magistrat sous le gouvernement de Vichy, donc sous les ordres du garde des sceaux des deux gouvernements Laval, accuse Laval en citant la phrase célèbre prononcée le 22 juin 1942 : « Je souhaite la victoire de l’Allemagne… ». Je ne sais pas si le dialogue écrit par Jacques Kirsner recoupe exactement les minutes du procès. On peut imaginer que le redoutable polémiste qu’était Laval aurait pu le mettre en demeure de citer la phrase dans sa totalité : sans la victoire militaire de l’Allemagne nazie, c’est Europe entière qui passera sous la coupe du bolchévisme. Le fond de la politique de Laval c’est l’anticommunisme, l’antisémitisme pour lui n’est qu’un dégât collatéral. Il n’hésitera pas d’ailleurs à déporter les enfants juifs. La question de l’antisémitisme pour lui est secondaire : on le voit dans le film écarter un vieux débris pétainiste qui lui dit en substance : il faut virer les juifs et les métèques. Ou encore face à Pétain qui réclame de révoquer les enseignants d’origine juive pendant un conseil des ministres, Laval répond : il faut du temps pour former des maîtres. Si la machine de guerre nazie ne remporte pas la victoire, c’est la révolution prolétarienne qui vaincra à l’échelle de l’Europe. Voilà le fond de sa politique.

« Il y a deux politiques possibles »

La discussion imaginée avec Adrien Marquet lors d’un déplacement en voiture à Vichy est une scène centrale du film. Marquet est maire de Bordeaux, fondateur en 1933 du courant néo-socialiste dans la SFIO avec Marcel Déat et Gilbert Montagnier. Il s’insurge contre De Gaulle, le traitre, condamné à mort par coutumace et Laval lui rétorque : « il n’y a que deux politiques : celle de De Gaulle et la mienne, si j’échoue je serai fusillé. » Autrement dit dans les deux cas il s’agit de sauver l’Etat bourgeois mais en partant d’un point de vue différent. Laval fait le pari de la victoire militaire de l’Allemagne nazie et dans l’Europe brune des dictatures fascistes, l’Etat bourgeois français doit gagner sa place et sauver son empire colonial. Le film rappelle le pacte franco-soviétique de 1935 signé après les négociations Laval-Staline : en une nuit, le PCF qui avait alors une politique antimilitariste dans la tradition du mouvement ouvrier, tourne à 180°. L’Humanité titre : Staline a raison ! et la ligne éditoriale met en demeure d’appliquer la ligne. Les militants communistes sont laissés à leur désespérance. Plus tard les communistes grecs, poussés par le mouvement partisan contre les nazis, oseront poser la question d’une Constituante et du socialisme. Staline les abandonnera à la répression de l’impérialisme britannique… Churchill va s’enorgueillir d’avoir écrasé grâce à Staline un « trotskysme nu et triomphant » à Athènes.

De Gaulle choisit la voie de la résistance à Hitler, ce qui pour Laval « ne manque pas de panache », et ce général, maurrassien de formation, va donc aller chercher des alliés sur sa gauche. Le fond de sa politique c’est aussi l’anticommunisme et la défense de l’empire colonial sur lequel l’impérialisme anglo-américain veut mettre la main. Le coup de poker de génie c’est la constitution du CNR (Conseil National de la Résistance) le 27 mai 1943, sous l’autorité contestée du préfet Jean Moulin. En choisissant comme chef de la résistance intérieure un ancien préfet du Front Populaire, De Gaulle se situe dans la continuité même du bonapartisme. La continuité de l’Etat, c’est le corps préfectoral. L’opération CNR vise à accrocher au char du gaullisme le PCF, la CGT, le Front National d’obédience PCF, les réseaux FTP paramilitaires. En décembre 1944 il rencontre Staline, il va chercher l’accord du PCF. Lorsque le nouveau tzar du Kremlin renvoie Thorez en France, il lui souffle dans l’oreille : « pas de sottises, il faut soutenir De Gaulle » (Cité par Pierre Juquin dans sa biographie de Louis Aragon).

Laval jugé par des hauts magistrats pétainistes !

Laval est jugé par des magistrats qui ont appliqué la politique des deux gouvernements que lui a présidé, qui ont fait dresser des bois de justice, comme on le dit en termes judiciaires à propos de la guillotine, et fait exécuter des résistants ou qui les ont livrés à la police nazie. Les otages de Chateaubriant ont été gardés par des gendarmes tout ce qu’il y a de plus français, n’est-ce pas ! Laval s’adresse à ceux-là qui ont été ses subordonnés, c’est insoutenable ! le président du tribunal tape du maillet et ajourne les débats ! Dans l’interview Jacques Kirsner ajoute :

« Certains osent dire que Pétain a défendu les juifs français, mais le président du tribunal qui a jugé Pétain et Laval a participé à une commission de dénaturalisation. 6000 juifs français vont être dénaturalisés, donc devenir étrangers. Le pétainisme, c’est la lutte contre les juifs, quelle que soit leur nationalité. »

De Gaulle a concentré ses coups sur quelques têtes : il fallait faire quelques exemples significatifs et ensuite passer à l’ordre du jour. Le fait que le procès de Laval n’a pu être instruit jusqu’au bout était déterminé par le souci de s’appuyer sur les hauts fonctionnaires et l’appareil judiciaire pour reconstruire l’Etat bourgeois, avec le lieutenant Thorez qui tiendra les ouvriers.

L’Eglise catholique soutient Vichy

Dans la séquence historique que nous sommes en train de vivre, on voit Macron et son régime, son haut fonctionnaire Sauvé, oser proposer un financement public pour les crimes de pédophilie que la hiérarchie de l’église a couvert dans l’histoire récente. A-t-on oublié aussi que celle-ci a soutenu le régime de Pétain ? Le cardinal Gerlier, primat des Gaules, déclarait le 19 novembre 1940 : « Car Pétain, c’est la France et la France, aujourd’hui, c’est Pétain ! » L’Eglise soutient l’école d’Uriage, lieu de formation des futurs cadres de la révolution nationale, elle contribue même à la fonder sur la ligne du corporatisme chrétien. Quelques-uns de ses intellectuels, comme le philosophe Emmanuel Mounier, y participeront puis s’en écarteront face aux mesures antisémites prises par le régime. Lorsque Laval crée la milice du sinistre Darnand qui sera beaucoup plus efficace que la Gestapo car ses hommes connaissaient le terrain et les réseaux, la hiérarchie nomme des aumôniers à la milice. Elle refusera jusqu’au bout de nommer des aumôniers aux maquis : les prêtres qui choisiront la désobéissance le feront en conscience et des curés de paroisse baptiseront des enfants juifs pour les sauver. Je ne l’oublie pas non plus !

En conclusion, un film qui ouvre bien des pistes de réflexion…

A la question que lui pose le journaliste de RJC : n’avez-vous pas peur que ce film, à travers l’image qu’il donne de Pierre Laval, soit utilisé pour réhabiliter la collaboration, Jacques Kirsner répond :

« c’est la publicité accordée à un petit juif néo-pétainiste, qui permet d’aborder ces questions de manière extrêmement tendancieuse, bref révisionniste. Vous savez, c’est Emmanuel Berl qui le premier a écrit les discours du maréchal Pétain, vous m’entendez Emmanuel Berl était un écrivain juif , extrêmement talentueux. La petite chose sans talent que j’évoque [Zemmour] se permet de réviser la réalité… »

« …C’est parce qu’on regarde la réalité, qu’on est mieux armé pour la combattre ».

Le film sur You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=Y_Za2DYd7VI

L’interview de J. Kirsner : https://radiorcj.info/diffusions/jacques-kirsner-est-linvite-de-rudy-saada/

https://aplutsoc.org/2021/11/07/6639/

***

11 nov. 2021

À JK

Concernant Laval, le collaborateur, tu as réussi à rendre le personnage antipathique au possible simplement en montrant son attitude dans des moments cruciaux. Les grands crimes ne sont pas toujours, comme tu le dis dans une interview (et j’ajouterai pas souvent), commis par des « canailles assoiffées de sang », mais sont plutôt le produit de l’habitude, la paresse intellectuelle ou psychique, de l’indifférence. La scène où Laval envoie des milliers d’enfants à la mort « Qu’est-ce qu’on en ferait ? ») est déjà insoutenable (quoique je pense que les adultes ont droit aussi à la vie, mais les enfants sont comme un bien commun de l’humanité), mais cette justification (ne pas séparer les familles) est en quelque sorte la cerise de l’abjection sur le gâteau du crime. Présenter Laval comme bon père, bon époux, cordial avec les manants, etc. est évidemment de ce point de vue plein d’enseignements.

La présentation du procès est elle aussi très intéressante, une fois qu’on a compris que les criminels sont des deux côtés de la barre. Étouffer la parole pour étouffer la vérité est une constante de l’institution judiciaire, mais la vérité dont il s’agit n’est pas quelconque et le film, à cet égard, est important.

J’en ai profité pour regarder Mandel. Une scène frappante du film est celle où il refuse de représenter la France à Londres. L’analyse de Catherine Frot me semble assez pertinente !

Bernard R.

***

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Portail

Sites utiles :

A l'encontre

Revue Prométhée

Netoyens

Marx au XXI siècle