Accueil > Précis de lambertologie appliquée - Saison 25 : texte et commentaires de (...) > Natalia Sedova Trotsky. Démission de la Quatrième Internationale

Natalia Sedova Trotsky. Démission de la Quatrième Internationale

samedi 15 août 2020, par Club Politique Bastille

Ce texte envoyé par Michel L.

Le CPB est heureux de le communiquer aux militants que leurs organisations respectives n’ont pas informés depuis le 9 mai 1951.

En effet, ces organisations étaient toutes trop absorbées par l’imminence de la Révolution, car "chaque seconde est la porte étroite par laquelle le Messie peut entrer" (*).

Cet oubli est donc réparé ce 15 août 2020. Tous nos remerciements vont au camarade Michel.

MB

(*) Walter Benjamin, Oeuvres III, Ed : Folio-Gallimard, 2000, p 443- Appendice de "Sur le concept d’histoire".

NB : pour une autre traduction du texte original en anglais américain, voir, en remplaçant Corse par Corée, https://www.marxists.org/francais/4int/urss/natalia.htm

***

Natalia Sedova Trotsky

Démission de la Quatrième Internationale

À : Comité exécutif de la Quatrième Internationale
À : Comité politique du Parti Socialiste des Travailleurs

Camarades :

Vous savez très bien que je n’ai pas été d’accord politiquement avec vous depuis cinq ou six ans, depuis la fin de la guerre et même plus tôt. La position que vous avez prise sur les événements importants de ces derniers temps me montre qu’au lieu de corriger vos erreurs précédentes, vous persistez à les approfondir. Sur la route que vous avez prise, vous êtes arrivé à un point où il n’est plus possible pour moi de garder le silence ou de me confiner à des manifestations privées. Je dois maintenant exprimer publiquement mes opinions.

Le pas que je me sens obligé de faire a été grave et difficile pour moi, et je ne peux que le regretter sincèrement. Mais il n’y a pas d’autre solution. Après beaucoup de réflexions et d’hésitations sur un problème qui m’a profondément blessée, je trouve que je dois vous dire que je ne vois pas d’autre façon que de dire ouvertement que nos désaccords me rendent impossible de rester plus longtemps dans vos rangs.

Les raisons de cette action finale de ma part sont connues de la plupart d’entre vous. Je les répète ici brièvement uniquement pour ceux qui ne les connaissent pas, ne touchant que nos différences fondamentalement importantes et non les différences entre les questions de politique quotidienne qui sont liées à elles ou qui en découlent.

Obsédé par les formules anciennes et vives, vous continuez à considérer l’État stalinien comme un État travailleur. Je ne peux pas et ne veux pas te suivre dans cette affaire.

Presque chaque année après le début de la lutte contre la bureaucratie stalinienne usurpante, L.D. Trotsky a répété que le régime se dirigeait vers la droite, dans des conditions de la révolution mondiale en retard et de la prise de toutes les positions politiques en Russie par la bureaucratie. Il a maintes fois souligné comment la consolidation du stalinisme en Russie a conduit à l’aggravation des positions économiques, politiques et sociales de la classe ouvrière, et au triomphe d’une aristocratie tyrannique et privilégiée. Si cette tendance se maintient, a-t-il dit, la révolution sera à sa fin et la restauration du capitalisme sera réalisée. C’est malheureusement ce qui s’est passé même sous des formes nouvelles et inattendues. Il n’y a presque aucun pays au monde où les idées authentiques et les porteurs du socialisme sont si barbares. Il devrait être clair pour tout le monde que la révolution a été complètement détruite par le stalinisme. Pourtant, vous continuez à dire que sous ce régime innommable, la Russie est toujours un État travailleur ou avec le socialisme. Ils sont les pires et les ennemis les plus dangereux du socialisme et de la classe ouvrière.

Vous maintenez maintenant que les États d’Europe de l’Est sur lesquels le stalinisme a établi sa domination pendant et après la guerre sont également des États travailleurs. Cela équivaut à dire que le stalinisme a joué un rôle socialiste révolutionnaire. Je ne peux pas et ne veux pas te suivre dans cette affaire. Après la guerre et même avant qu’elle ne finisse, il y a eu un mouvement révolutionnaire montant des masses dans ces pays de l’Est. Mais ce n’est pas ces masses qui ont gagné le pouvoir et ce n’est pas un état ouvrier qui a été établi par leur lutte. C’est la contre-révolution stalinienne qui a gagné le pouvoir, réduisant ces terres aux vassaux du Kremlin en étranglant les masses ouvrières, leurs luttes révolutionnaires et leurs aspirations révolutionnaires.
En considérant que la bureaucratie stalinienne a établi des travailleurs dans ces pays, vous lui assignez un rôle progressiste voire révolutionnaire. En propageant cette fausseté monstrueuse à l’avant-garde des travailleurs, vous niez à la Quatrième Internationale toute la raison d’existence fondamentale en tant que parti mondial de la révolution socialiste. Dans le passé, nous avons toujours considéré que le stalinisme était une force contre-révolutionnaire dans tous les sens du terme. Vous ne le faites plus. Mais je continue de le faire.

En 1932 et 1933, les Staliniens, afin de justifier leur capitulation sans vergogne à l’hitlérisme, déclarent qu’il n’y aurait pas grand-chose si les fascistes arrivaient au pouvoir parce que le socialisme viendrait après et par la règle du fascisme. Seules les brutes déshumanisées sans une touche de pensée socialiste auraient pu se disputer de cette façon. Maintenant, malgré les objectifs révolutionnaires qui vous animent, vous maintenez que la réaction stalinienne despotique qui a triomphé en Europe de l’Est est l’une des voies par lesquelles le socialisme finira par arriver. Ce point de vue marque une rupture irréprochable avec les convictions les plus profondes toujours maintenues par notre mouvement et que je continue de partager.

Je trouve impossible de vous suivre dans la question du régime Tito en Yougoslavie. Toute la sympathie et le soutien des révolutionnaires et même de tous les démocrates, devraient aller au peuple yougoslave dans sa résistance déterminée aux efforts de Moscou pour les réduire, eux et leur pays, au vasselage. Tout avantage doit être tiré des concessions que le régime yougoslave se trouve désormais obligé de faire au peuple. Mais toute votre presse est maintenant consacrée à une idéalisation inexcusable de la bureaucratie titoiste pour laquelle aucun fondement n’existe dans les traditions et les principes de notre mouvement. Cette bureaucratie n’est qu’une réplique, sous une nouvelle forme, de l’ancienne bureaucratie stalinienne. Il a été formé aux idées, à la politique et à la morale du GPU. Son régime diffère de Staline en aucun point fondamental. Il est absurde de croire ou d’enseigner que le leadership révolutionnaire du peuple yougoslave se développera à partir de cette bureaucratie ou d’une autre manière que dans le cadre de la lutte contre elle.

Le plus insupportable de tout est la position sur la guerre dans laquelle vous vous êtes engagés. La troisième guerre mondiale qui menace l’humanité est confrontée au mouvement révolutionnaire avec les problèmes les plus difficiles, les situations les plus complexes, les décisions les plus graves. Notre position ne peut être prise qu’après les discussions les plus sincères et les plus libres. Mais face à tous les événements de ces dernières années, vous continuez à plaider, et à vous engager tout le mouvement, à la défense de l’État stalinien. Vous soutenez même maintenant les armées du stalinisme dans la guerre qui est endurée par le peuple coréen angoissé. Je ne peux pas et ne veux pas te suivre dans cette affaire. Depuis 1927, Trotsky, en réponse à une question déloyale qui lui a été posée au Bureau politique par Staline, a déclaré son point de vue comme suit : Pour la patrie socialiste, oui ! Pour le régime stalinien non ! C’était en 1927 ! Vingt-trois ans plus tard, Staline n’a rien laissé de la patrie socialiste. Il a été remplacé par l’asservissement et la dégradation du peuple par l’autocratie stalinienne. C’est l’État que vous proposez de défendre pendant la guerre, que vous défendez déjà en Corée. Je sais très bien à quelle fréquence vous répétez que vous critiquez le stalinisme et le combattez. Mais le fait est que votre critique et votre combat ont perdu leur valeur et ne peuvent donner aucun résultat car ils sont déterminés par et subordonnés à votre position de défense de l’État stalinien. Quiconque défend ce régime d’oppression barbare, quels que soient les motifs, abandonne les principes du socialisme et de l’internationalisme.

Dans le message envoyé par la récente convention du SWP, vous écrivez que les idées de Trotsky continuent d’être votre guide. Je dois vous dire que je lis ces mots avec beaucoup d’amertume. Comme vous observez de ce que j’ai écrit ci-dessus, je ne vois pas ses idées dans votre politique. J’ai confiance en ces idées. Je reste convaincu que le seul moyen de sortir de la situation actuelle est la révolution sociale, l’auto-émancipation du prolétariat du monde.

Natalia Sedova Trotsky
Mexique, DF-9 mai 1951

***

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Portail

Sites utiles :

A l'encontre

Revue Prométhée

Netoyens

Marx au XXI siècle